Lu pour vous dans EL WATAN

Mohamed Aïssa défend le référent religieux national

«Il faut revenir à l’islam de nos ancêtres»

le 10.04.16 | 10h00

L’âme spirituelle de l’Algérie jaillit de la Kabylie.»

Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, a accordé, à la veille de son déplacement dans la wilaya de Tizi Ouzou, une interview au quotidien La Dépêche de Kabylie, dans laquelle il appelle à «un retour salutaire à notre islam ancestral» incarné par cette région, classée wilaya la plus pourvue en mosquées puisque ce secteur y a comptabilisé «860 mosquées et 22 zaouïas ancestrales, sans compter des petites écoles coraniques rattachées à des mosquées», énumère-t-il. «Le référent religieux national se manifeste dans sa modération, son ouverture, son référent juri-prudentiel, dogmatique et spirituel et se matérialise carrément en Kabylie», a insisté M. Aïssa dans cette longue interview, parue hier.

«Notre orientation va vers l’islam de nos grands-parents, l’islam qui nous rassemble et nous pousse à aller travailler, qui nous incite à nous respecter mutuellement, qui nous pousse à accepter l’autre religion et considérer que nous avons un lien de fraternité avec tous les humains et à nous mettre au service de l’humanité», plaide-t-il. Le ministre remonte les âges afin d’étayer son propos : «La Kabylie a toujours été en perpétuel contact avec l’élite, celle d’Andalousie notamment.

La chute de Séville a engendré la migration d’éminents savants en mathématiques, en lettres, en philosophie et en jurisprudence musulmane, qui sont venus sur la rive sud de la Méditerranée. Beaucoup d’entre eux avaient choisi cette région pour s’y installer.» Cela a produit «la conjugaison entre une façon de pratiquer venue de l’autre rive et notre tradition modérée et saine, algérienne tout court, jalonnée par le maraboutisme» et qui a donné naissance à un «rempart contre les nouvelles idéologies extrémistes, fondamentalistes et terroristes».

Le ministre est d’ailleurs revenu sur les dérives idéologiques et les courants extrémistes de tous bords qui menacent l’Algérie et la cohésion sociale. «Ces nouvelles doctrines et sectes essayent de prendre pied en Algérie, et il y en a plusieurs», affirme-t-il, énumérant au passage le takfirisme, le ahmadisme, qui, selon lui, relèvent plus d’un fonds de commerce ou encore l’extrémisme et le terrorisme international. Mais qui se manifestent aussi par le biais de «cheikhs autoproclamés, charlatans, ignorants, qui décrètent des fatwas sans une réelle formation en sciences islamiques». Et si les citoyens y «croient», c’est, selon le ministre, «dû à un autre problème encore plus profond et plus philosophique, c’est que le peuple dénigre en majorité et appréhende ce qui vient de l’institution officielle».

Abordant l’une des «polémiques» qui a fait couler beaucoup d’encre — les «dé-jeûneurs» publics en Kabylie —, Mohamed Aïssa martèle «encore une fois» que le jeûne est un comportement privé. «Le jeûne, c’est entre la personne et son Créateur», commente-t-il. «Ces jeunes qui croyaient à l’origine manifester leur liberté d’exercice ou de conscience, ils étaient en réalité en train d’irriter et d’interpeller le radicalisme de tous bords», explique-t-il, rappelant qu’il s’agit avant tout de sécurité publique et non pas de religion.

Répondant à des questions sur la pratique d’autres cultes que l’islam, le ministre annonce qu’«un débat sera ouvert au gouvernement à propos de l’élaboration d’une future loi organique qui passera par les deux Chambres, nous comptons reconduire les mêmes recommandations, c’est-à-dire doter cette loi d’un chapitre spécifique aux associations autres que musulmanes». Ainsi, poursuit M. Aïssa, une fois cette loi validée, toutes les associations religieuses, musulmanes ou autres, qui répondront aux conditions fixées, seront autorisées à exercer librement leurs activités, à disposer de fonds, etc.

Ghania Lassal

 

__________________________________________________________________________

Commentaire posté par l’église catholique d’Algérie

avril 12, 2016

webmaster :http://www.eglise-catholique-algerie.org

Algérie, enfin la révolution ?

Beaucoup de choses ont changé depuis la nomination de Mohamed Aïssa à la tête du ministère des Affaires religieuses.

 

Il a cassé nombre de tabous en donnant un coup de pied dans la fourmilière. Pour la première fois, un homme a parlé du véritable islam algérien, «l’islam de Cordoue». Il a dénoncé ce qu’aucun autre homme d’Etat algérien n’avait fait avant lui : les méfaits du wahhabisme sur la société algérienne et la nécessité de le combattre vigoureusement.

L’islam des lumières qu’il prône n’est pas du goût de tout le monde, surtout des Saoudiens qui cherchent à avoir sa tête à tout prix. Il leur fait peur. Est-ce le nouveau Luther ? (Source : EL WATAN (Algérie) le 27.03.2016)

« Il faut revenir à l’islam de nos ancêtres»

avril 10, 2016

Written by Webmaster

Published in Dossier « Comprendre l’Islam » & « Actualités musulmanes »

L’âme spirituelle de l’Algérie jaillit de la Kabylie.» Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, a accordé, à la veille de son déplacement dans la wilaya de Tizi Ouzou, une interview au quotidien La Dépêche de Kabylie, dans laquelle il appelle à «un retour salutaire à notre islam ancestral» incarné par cette région, classée wilaya la plus pourvue en mosquées puisque ce secteur y a comptabilisé «860 mosquées et 22 zaouïas ancestrales, sans compter des petites écoles coraniques rattachées à des mosquées», énumère-t-il. «Le référent religieux national se manifeste dans sa modération, son ouverture, son référent juri-prudentiel, dogmatique et spirituel et se matérialise carrément en Kabylie», a insisté M. Aïssa dans cette longue interview, parue hier.

 

«Notre orientation va vers l’islam de nos grands-parents, l’islam qui nous rassemble et nous pousse à aller travailler, qui nous incite à nous respecter mutuellement, qui nous pousse à accepter l’autre religion et considérer que nous avons un lien de fraternité avec tous les humains et à nous mettre au service de l’humanité», plaide-t-il. Le ministre remonte les âges afin d’étayer son propos : «La Kabylie a toujours été en perpétuel contact avec l’élite, celle d’Andalousie notamment.

 

La chute de Séville a engendré la migration d’éminents savants en mathématiques, en lettres, en philosophie et en jurisprudence musulmane, qui sont venus sur la rive sud de la Méditerranée. Beaucoup d’entre eux avaient choisi cette région pour s’y installer.» Cela a produit «la conjugaison entre une façon de pratiquer venue de l’autre rive et notre tradition modérée et saine, algérienne tout court, jalonnée par le maraboutisme» et qui a donné naissance à un «rempart contre les nouvelles idéologies extrémistes, fondamentalistes et terroristes».

 

Le ministre est d’ailleurs revenu sur les dérives idéologiques et les courants extrémistes de tous bords qui menacent l’Algérie et la cohésion sociale. «Ces nouvelles doctrines et sectes essayent de prendre pied en Algérie, et il y en a plusieurs», affirme-t-il, énumérant au passage le takfirisme, le ahmadisme, qui, selon lui, relèvent plus d’un fonds de commerce ou encore l’extrémisme et le terrorisme international. Mais qui se manifestent aussi par le biais de «cheikhs autoproclamés, charlatans, ignorants, qui décrètent des fatwas sans une réelle formation en sciences islamiques». Et si les citoyens y «croient», c’est, selon le ministre, «dû à un autre problème encore plus profond et plus philosophique, c’est que le peuple dénigre en majorité et appréhende ce qui vient de l’institution officielle».

 

Abordant l’une des «polémiques» qui a fait couler beaucoup d’encre — les «dé-jeûneurs» publics en Kabylie —, Mohamed Aïssa martèle «encore une fois» que le jeûne est un comportement privé. «Le jeûne, c’est entre la personne et son Créateur», commente-t-il. «Ces jeunes qui croyaient à l’origine manifester leur liberté d’exercice ou de conscience, ils étaient en réalité en train d’irriter et d’interpeller le radicalisme de tous bords», explique-t-il, rappelant qu’il s’agit avant tout de sécurité publique et non pas de religion.

 

Répondant à des questions sur la pratique d’autres cultes que l’islam, le ministre annonce qu’«un débat sera ouvert au gouvernement à propos de l’élaboration d’une future loi organique qui passera par les deux Chambres, nous comptons reconduire les mêmes recommandations, c’est-à-dire doter cette loi d’un chapitre spécifique aux associations autres que musulmanes». Ainsi, poursuit M. Aïssa, une fois cette loi validée, toutes les associations religieuses, musulmanes ou autres, qui répondront aux conditions fixées, seront autorisées à exercer librement leurs activités, à disposer de fonds, etc.

@source : http://www.elwatan.com/actualite/il-faut-revenir-a-l-islam-de-nos-ancetres-10-04-2016-318461_109.php

{ 0 comments }

14 novembre 2015

Une lumière dans la nuit   ( 14)   Le 13 nombre premier comme le 11 ou le 7, ou le 17, ou le 19, ou le 23, ou le 29, ou le 31   Les nombres premiers Ils aiment cela « Ils  » « Eux » de vieille folie en barbarie et les premiers du cybermonde à programmer ce soir dans la nuit de novembre des [...]

Lisez l’article en entier →

une lumière dans la nuit (13)

9 mai 2015

    Si vous n’avez pas prévu un voyage  en Algérie dans les prochaines semaines, Courez donc voir le film « les terrasses » de Merzak Allouache qui vient de sortir sur les écrans! Rire et larmes assurés !  au rythme des cinq prières introduisant les cinq actes d’une tragédie de la vie comme elle va, c’est [...]

Lisez l’article en entier →

une lumière dans la nuit (12)

11 janvier 2015

Le temps est noir. L’actualité suscite tantôt les grands rassemblements avec un même slogan et des millions de chandelles, tantôt la constriction et le repli sur soi dans des considérations amères sur notre impuissance individuelle, ou, dans le meilleur des cas, pour une méditation solitaire. Le mercredi 7 janvier 2015, des terroristes sont entrés dans [...]

Lisez l’article en entier →

Les Rebelles aux 17émes Rendez-vous de l’Histoire

14 octobre 2014

Rebelle, une profession? La « bronca » d’intellectuels contre le choix de Marcel Gauchet pour la conférence inaugurale des Rendez-vous de l’Histoire sur « Les Rebelles » aura été emblématique de l’importance que prend cette qualification dans notre société française où il est de bon ton de se dire rebelle et de le faire savoir.   Si cultiver sa [...]

Lisez l’article en entier →

Une lumière dans la nuit ( 11 )

26 septembre 2014

Pour Hervé Gourdel, une lumière dans la nuit  « du haut pays sans nom, illuminé d’horreur et vide de tout sens »[1] … à ceci près l’éclat d’un regard, le regard souriant de celui qui dit, contre toute prudence, « Oui c’est possible de tracer une nouvelle voie, de relancer le goût de découvrir ici, dans un des [...]

Lisez l’article en entier →

une lumière dans la nuit (10)

12 septembre 2014

Texte de l’Appel de Paris lancé par les organisateurs le 9 septembre 2014   L’Appel de Paris Musulmans et Chrétiens solidaires pour la défense des Chrétiens d’Orient en Danger   A l’initiative de Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), et de Patrick Karam, président de [...]

Lisez l’article en entier →

Algérie, un espoir? (2)

12 mars 2014

Lu pour vous dans EL WATAN le 12.03.14   Le mouvement s’oppose à tout le système et ses tentacules Barakat présente son texte fondateur   Barakat dénonce la campagne de lynchage et de dénigrement dont il fait l’objet en rappelant que les ennemis de «la nation se trouvent au sein du système». Barakat a rendu [...]

Lisez l’article en entier →

Algérie, un espoir? (1)

5 octobre 2013

lu pour vous dans EL Watan   Abdelmadjid Merdaci. Historien : «Les promesses d’Octobre sont celles que le régime s’était fait à lui-même »   le 05.10.13   -Les événements d’Octobre 1988 bouclent leur 25e anniversaire, aucune célébration officielle n’est prévue, comment expliquez-vous cela ? On peut l’expliquer en retournant la question : qui en Algérie, en 2013, [...]

Lisez l’article en entier →

une lumière dans la nuit (9)

27 juin 2013

  Pour la première fois, un grand Salon – La  Comédie du Livre de Montpellier -  a réservé une table ronde aux mémoires des différentes communautés qui ont cohabité en Algérie durant tout le temps de la présence française entre 1830 et 1962. C’est grâce à l’écoute attentive de son tout nouveau président, Serge Bourjea, [...]

Lisez l’article en entier →